Revue d’études autochtones

Managing editor(s): Laurent Jérôme (Directeur), Marie-Pierre Bousquet (Rédactrice en chef) / Editor(s): Éric Chalifoux (Rédacteur)

Journal preceded by Recherches amérindiennes au Québec

About

Revue d’études autochtones est une revue multidisciplinaire francophone éditée au Québec qui publie des articles scientifiques et des chroniques portant sur les enjeux et les réalités des peuples autochtones du Québec, des Amériques et à travers le monde. Elle publie trois numéros par année ; certains sont à thème, d’autres réunissent des articles hors thème. La revue valorise différents courants théoriques et traditions intellectuelles. Tous les articles publiés sont des textes inédits qui sont soumis à un processus d’évaluation anonyme par les pairs. 

Les principales disciplines auxquelles la revue s’intéresse sont l’anthropologie sociale et culturelle, l’anthropologie appliquée, l’archéologie sociale et culturelle, l’ethnohistoire, l’ethnographie, l’ethnolinguistique et l’ethnoscience amérindienne et, enfin, les sciences juridiques politiques et économiques relatives aux affaires amérindiennes. Revue d'études autochtones est ouverte à tous les courants théoriques et à toutes les traditions intellectuelles. Les positions prises par les auteurs ne reflètent donc pas nécessairement celles du comité de rédaction, du conseil d’administration, de la Revue elle-même ou celles de la Société Recherches amérindiennes au Québec.

Revue d'études autochtones succède à la revue Recherches amérindiennes au Québec qui a publié entre 1971 et 2021 des milliers de textes (articles, chroniques, comptes rendus, etc.) sur les populations autochtones  du Québec et des Amériques.

Indexation

America, History and Life • Abstracts in Anthropology • Anthropological Index • Anthropological Literature • BASE-Bielefeld Academic Search Engine • Bulletin signalétique (Ethnologie) • Bibliography of Native North Americans • CSA (Linguistic and Behavior Abstracts, Sociological Abstracts, Worldwide Political Science Abstracts) • Current Abstracts • Google • Google Scholar • Historical Abstracts • INIST–Refdoc.fr • MLA International Bibliography • PubMed • Repère • Scopus • SocINDEX • Synergies Canada • TOC Premier

Contact

Site de la revue

recherches-amerindiennes.qc.ca/site/la-revue

 

Pour communiquer avec la revue

Courriel: [email protected]

Téléphone: (514) 277-6178


Abonnement à la version imprimée

Les personnes qui le désirent peuvent s'abonner et recevoir la version papier imprimée de Revue d'études autochtones. Pour informations : 

Par courriel : [email protected]

Par téléphone : (514) 277-6178

Back issues (1 issue)

Permanent archiving of articles on Érudit is provided by Portico.

Editorial policy and ethics

Revue d’études autochtones (RÉA) est une revue multidisciplinaire internationale de langue française éditée au Québec qui publie des articles scientifiques et des chroniques portant sur les enjeux et les réalités des peuples autochtones du Québec, des Amériques et à travers le monde. Elle publie trois numéros par année, dont certains sont à thème.

Les principales disciplines auxquelles RÉA s’intéresse sont l’anthropologie sociale et culturelle, l’anthropologie appliquée, l’archéologie sociale et culturelle, l’ethnohistoire, l’ethnographie, l’ethnolinguistique et l’ethnoscience amérindienne et, enfin, les sciences juridiques, politiques et économiques relatives aux affaires autochtones. Revue d’études autochtones est ouverte à tous les courants théoriques et à toutes les traditions intellectuelles. Les positions prises par les auteurs n’engagent qu’eux-mêmes.

Le comité de rédaction invite les chercheurs à lui soumettre des projets de numéros à thème, soit d’ordre théorique, soit d’ordre plus général – ou des articles dans le cadre de thèmes en préparation ou sur d’autres sujets. Avant de contacter la Rédaction, les chercheurs sont priés de consulter le Guide à l’intention des responsables de numéros thématiques et les Directives aux auteurs.

Processus d’évaluation par les pairs

Revue d’études autochtones souscrit pleinement aux principes de l’évaluation anonyme par les pairs. Tout manuscrit soumis à RÉA dans le but d’être publié (sous forme d’article ou de note de recherche) est d’abord soumis au Comité de rédaction qui juge de sa recevabilité. Les textes jugés recevables sont par la suite évalués par au moins deux experts reconnus (lecteurs externes) qui sont sélectionnés au sein de la communauté scientifique internationale. Cette évaluation respecte un anonymat complet. Le choix des examinateurs est la responsabilité du Comité de rédaction qui agit sous la supervision du directeur de RÉA.

Les principaux critères d’évaluation sont : l’intérêt et l’originalité du sujet ; la qualité du cadre conceptuel, de la méthodologie et de la documentation utilisée, la qualité du style et de la langue ainsi que la structure d’ensemble de l’article. Une fiche d’évaluation est envoyée aux lecteurs externes.

Tout manuscrit soumis pour publication peut être : 1) refusé ; 2) accepté avec révisions majeures ; 3) accepté avec révisions mineures ou bien ; 4) accepté tel que soumis. En cas de révisions majeures, le Comité de rédaction se réserve le droit de faire réévaluer la version révisée de l’article par un lecteur externe.

En cas de rapports contradictoires de la part des lecteurs externes, le Comité aura recours à une troisième évaluation. À défaut d’entente entre les membres du comité de rédaction suite à la réception des évaluations divergentes, un sous-comité de trois personnes (issues du Comité de rédaction) sera alors formé et celui-ci prendra une décision finale après avoir examiné et relu toutes les évaluations externes et les avis du Comité de rédaction.

Mention des droits d’auteur

Les auteurs demeurent les titulaires des droits d’auteur des textes publiés dans Revue d’études autochtones, mais nous demandons aux auteurs de signer une entente qui confère à RÉA une licence exclusive de première publication et de diffusion des articles en format papier et numérique. Les droits d’auteurs des articles publiés dans Revue d’études autochtones sont protégés par une licence Creative Commons (Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International) qui autorise les gens à copier, à reproduire, à distribuer et à communiquer des copies de vos articles. Cependant, les articles doivent être cités en faisant référence aux auteurs originaux et en incluant l’URL permanent du dit document dans la référence.

Diffusion et libre accès

Revue d’études autochtones est disponible en libre accès immédiat sur la plateforme Érudit. RÉA autorise l’auteur à procéder à l’autoarchivage de la version finale de l’éditeur (postprint) de son texte aussitôt la parution sur Érudit. RÉA n’autorise pas l’autoarchivage des manuscrits soumis et acceptés pour publication.

Transparence et bonnes pratiques

Revue d'études autochtones adhère aux principes de transparence et de bonnes pratiques de l'édition savantes tels que préconisés par le Directory of Open Access Journal (DOAJ). Aucun frais de publication n'est demandé aux auteurs et autrices pour la publication de leur texte dans RÉA.

Préservation numérique

L’archivage pérenne de Revue d’études autochtones est assuré par Portico.

Politique anti-plagiat

Dans le but de protéger les droits d’auteurs et d’assurer le caractère inédit des textes qu’elle publie, Revue d’études autochtones s’est dotée d’une politique anti-plagiat. En règle générale, la qualité des évaluateurs anonymes permet de déjouer le plagiat. RÉA considère comme un acte de plagiat le fait de :

  • s’approprier, en tout ou en partie, les travaux d’autrui en les faisant passer pour siens et/ou sans en mentionner la source;
  • copier, en tout ou en partie, ses propres travaux déjà publiés, sans mentionner la référence de la publication originale (auto-plagiat);
  • résumer l’idée originale d’un auteur en l’exprimant dans ses propres mots, mais en omettant d’en mentionner la source.

Si un acte de plagiat est détecté avant la publication ou s’il y a un doute sérieux, l’auteur sera immédiatement contacté et informé de la situation. Si le plagiat est mineur, l’auteur devra procéder à une réécriture et citer adéquatement ses sources en incluant les références exactes. Si le plagiat est plus substantiel (25 % du texte et plus), l’article sera automatiquement rejeté.

Si un acte de plagiat est détecté après la publication, l’article sera retiré de la version numérique de Revue d’études autochtones et, par souci de transparence, une note éditoriale sera insérée dans la version papier du numéro suivant.

Si un article est refusé ou retiré en raison de plagiat, son auteur ne pourra plus publier dans Revue d’études autochtones. Les décisions de RÉA en matière de plagiat sont sans appel.


Instruction pour les auteurs

DIRECTIVES AUX AUTEURS

Présentation des manuscrits (articles et notes de recherche)

Revue d'études autochtones ne publie que des textes inédits. Les manuscrits déjà publiés ailleurs ou devant l’être ne pourront être acceptés. Nous vous invitons à communiquer à la Rédaction tout projet de publication concurrent. L’exclusivité est demandée. Quoique la revue ne puisse défrayer de droits d’auteur, des ententes pourront être conclues dans certains cas.

Tous les articles sont publiés en français. Toutefois, des textes peuvent être soumis dans d’autres langues : s’ils sont acceptés par le comité de rédaction, ils seront traduits. Les opinions exprimées demeurent la responsabilité de l’autrice et de l’auteur. Les textes doivent être transmis par voie électronique en format WORD (docx). Toutes les citations doivent être en français.

Moins substantielle que l’article, la note de recherche fait état d’une recherche en cours avec ou sans résultats préliminaires : hypothèses et objets, méthodologie, travaux en cours et, si possible, un aperçu des résultats. Évidemment, la note de recherche sera accompagnée d’une bibliographie exhaustive.

Rédaction épicène

Revue d'études autochtones préconise l’écriture épicène, c’est-à-dire une écriture qui met en évidence de façon équitable la présence des femmes et des hommes (voir la section Rédaction épicène sur le site Internet de la revue). Nous n’acceptons pas les formes tronquées, comme les patient-e-s, les patients/e/s ou les patient(e)s, qui nuisent à la lisibilité. Pour plus de détails, voir le Guide relatif à la rédaction épicène : respect des genres masculin et féminin.

Acceptation de textes autres que des articles

Dans le cadre d’un numéro thématique, le Comité de rédaction accepte de publier un certain nombre de textes (pas plus de quatre) qui ne sont pas des articles scientifiques mais qui apportent un complément à la thématique développée. Le Comité a identifié trois catégories de textes susceptibles d’être acceptés : le commentaire, le témoignage et le point de vue. Comme pour les articles, le Comité de rédaction se réserve le droit de refuser tout manuscrit de ce type soumis pour publication. Ces textes doivent d’abord faire l’objet d’une lecture critique de la part de la personne responsable du numéro, qui doit être en mesure d’en évaluer la pertinence à la lumière des critères énoncés plus bas. Ensuite, les propositions acceptées sont soumises à la rédaction de la revue avec des suggestions (au moins deux) de lecteurs externes. Ces textes seront alors lus par un ou une membre du Comité de rédaction et par un lecteur ou une lectrice externe. Le comité de rédaction se garde le droit de refuser ces textes. La direction de la revue décidera si ces textes seront intégrés à la version papier de la revue ou bien diffusés en supplément sur le site Internet de la revue. Maximum 3000 mots avec références bibliographiques (env. 8-10 pages à double interligne).

  • Commentaire

Le commentaire apporte une perspective originale sur un sujet précis. Il doit s’inscrire clairement dans la thématique du numéro de la revue et proposer une valeur ajoutée par rapport aux articles, soit par son regard original, soit parce qu’il traite d’une question ou d’un enjeu qui n’est pas abordé par les autres textes. Contrairement aux articles, le commentaire n’a pas à reposer sur une démarche théorique ou empirique déterminée. Il propose plutôt un regard critique sur un enjeu, une thématique ou une littérature précise. Doit le caractériser un argumentaire structuré, enrichi des connaissances de l’auteur, de son expérience personnelle et de sa compréhension de la littérature pertinente.

  • Témoignage

Le témoignage rend compte d’une expérience personnelle en un discours narratif, descriptif et/ou explicatif. Il doit s’inscrire clairement dans la thématique du numéro de la revue et proposer une valeur ajoutée par rapport aux articles par son regard original ou parce qu’il traite d’une question ou d’un enjeu qui n’est pas abordé par les autres textes. L’objectif ici est moins de proposer un argumentaire que de décrire une situation précise, une expérience vécue ou encore de présenter de manière concise un récit de vie. Le témoignage doit être structuré de manière cohérente, dans un style accessible et devrait idéalement comporter une section ou une conclusion de nature plus analytique.

  • Point de vue

De nature critique, le point de vue ou l’opinion porte sur un enjeu d’actualité, une problématique ou un débat. Le texte doit s’inscrire dans la thématique du numéro de la revue et proposer une valeur ajoutée, soit par son regard original, soit parce qu’il traite d’une question ou d’un enjeu qui n’est pas abordé par les autres articles. S’imposent les règles de cohérence et le respect des normes d’usage : évitement des affirmations non soutenues et des attaques personnelles, nuance et respect pour les opinions contraires, etc.).

Plan de l’article et des notes de recherche

  • Titre du manuscrit;
  • Nom de l’auteur ou de l’autrice, institution, coordonnées personnelles, courriel, etc.;
  • Texte de l’article (entre 7000 et 8000 mots MAX. incluant les notes de fin); OU
  • Texte de la note de recherche (env. 4500 mots incluant les notes de fin);
  • Notes en fin de texte (max. de 10);
  • Ouvrages cités en fin de texte (voir plus bas);
  • Résumés français et anglais (avec titre anglais) d’environ 150 mots;
  • CINQ mots clés (français et anglais);
  • Note bio-bibliographique de chaque auteur (entre 125 et 150 mots, voir plus bas).

Figures, photos et tableaux

Autant que possible, des cartes, photos, illustrations et tableaux seront fournis avec l’article, numérotés et accompagnés de légendes groupés à la fin du texte, avec indication du point d’insertion dans le texte. L’auteur doit s’assurer que les illustrations sont libres de droits.

Des photos, figures ou tableaux sont souhaités. Prière de soumettre les figures ou les photos en format PDF ou JPG (résolution de 300 ppp pour 11,6 cm de largeur). Veuillez prendre note que les originaux (textes, photos et figures) ne seront pas renvoyés aux auteurs.

Police et style

  • Police recommandée : Times 12 points justifié et à DOUBLE INTERLIGNE
  • Premier sous-titre : EN GRAS PETITES CAPITALES
  • Second sous-titre : En gras seulement
  • Troisième sous-titre : En italiques

Citations

  • Toutes les citations doivent être traduites en français;
  • Elles doivent être entre des guillemets français (« et ») et accompagnées de la référence avec le numéro de page : (Rogers 1969 : 46);
  • les citations de plus de trois lignes doivent être en retrait du texte;

Normes bibliographiques

  • Les références citées doivent apparaître dans le texte de la manière suivante : (Phillips 1998) ou bien (Rogers 1969 : 46);
  • La liste des références citées (médiagraphie) doit apparaître à la fin du texte sous la rubrique Médiagraphie. Les différentes références d’un même auteur doivent être en ordre chronologique ascendant en indiquant a, b, c pour plusieurs références d’une même année;
  • Le style des références bibliographiques de notre revue est une adaptation du style Chicago 17e (FR);
  • Le style des références regroupées dans la médiagraphie (liste de documents cités en référence, incluant des documents imprimés, des documents informatiques, des documents audiovisuels) doit être placée en fin de texte et en ordre alphabétique selon les styles suivants (en respectant bien la ponctuation) :

Livre

Otis, Ghislain, dir. 2004. Droit, territoire et gouvernance des peuples autochtones. Québec : Presses de l’Université Laval.

Silver, Shirley et Wick Miller. 1997. American Indian Languages. Cultural and Social Contexts. Tucson : University of Arizona Press.

Chapitre dans un recueil

Rogers, Edward S. 1969. « Band Organization Among the Indian of Eastern Subarctic Canada ». Dans Contribution to Anthropology: Band Societies. Sous la direction de David Damas, 21-50. Bulletin 228, Ottawa : National Museum of Canada.

Article dans une revue

Collings, Peter. 2005. « Housing Policy, Aging, and Life Course. Construction in a Canadian Inuit Community ». Arctic Anthropology 42(2) : 50-65.

Labrèche, Yves, et John C. Kennedy. 2007. « Héritage culturel des Métis du Labrador central ». Recherches amérindiennes au Québec 37(2-3) : 43-60.

Thèse ou mémoire de maîtrise

Gagnon, Denis. 2003. « Deux cents ans de pèlerinage : Les Mamit Innuat à Musquaro, Sainte-Anne-de-Beaupré et Sainte-Anne-d’Unamen-Shipu (1800-2000) ». Thèse de doctorat, département d’anthropologie, Université Laval, Québec. [indiquer le lien URL si le document est disponible sur Internet] <http://hdl.handle.net/20.500.11794/44234>.

Archives

ANC (Archives nationales du Canada). 1878-1932. Manuan Agency. Surveys of the Land for the Coocoocache Reserve. Indian Affairs, RG-120, vol. 7764, dossier 27074-3.

HBCA (Hudson’s Bay Company Archives [Winnipeg]), A.6/15; A.6/17 : London Office Correspondence, 1794, 1806.

Sources électroniques

APN (Assemblée des Premières Nations). 2009. La santé environnementale et les femmes des premières nations : rapport de recherche. Assemblée des Premières Nations, Unité de la gestion de l’environnement. <http://www.afn.ca/uploads/files/rp-enviro_health_and_women-fr.pdf> (consulté le 30 août 2017).

Canada, Gouvernement du. 1996. « Rapport de la Commission royale sur les peuples autochtones ». Gouvernement du Canada. <https://www.bac-lac.gc.ca/fra/decouvrez/patrimoine-autochtone/commission-royale-peuples-autochtones/Pages/rapport.aspx> (consulté le 30 août 2017).

Film ou document audio

Lamothe, Arthur. 1983. Mémoire battante. Ateliers audiovisuels du Québec et Radio-Québec, Québec, 164 min.

Tagoona, William. 1981. Northern Man. CBC, Boot Records.

 

Exemple de note bio-bibliographique

Pierre Beaucage, Ph.D. en anthropologie sociale (London School of Economics, 1970), est professeur émérite à l’Université de Montréal. Depuis 1963, il a réalisé une quinzaine de recherches de terrain en Amérique centrale et au Mexique, dont une recherche à long terme chez les Nahuas de la Sierra Norte de Puebla (1969-2010). En 2003, il a été titulaire de la Chaire de l’UNESCO sur le développement durable à l’Université de Valencia. Outre de nombreux articles, il a notamment publié : Imaginaires mexicains. Voyages dans le temps et l’espace (Musée de la civilisation/Fides, Québec/Montréal, 1998) et Corps, cosmos et environnement chez les Nahuas de la Sierra Norte de Puebla : une aventure en anthropologie (en coll. avec le Taller de Tradición Oral, Lux Éditeur, Montréal, 2009). Il a dirigé des numéros thématiques de Recherches amérindiennes au Québec et d’Anthropologie et Sociétés.

Courriel : inscrire ici votre adresse courriel

Comptes rendus et notes critiques

La liste des ouvrages reçus pour comptes rendus est disponible sur Internet. Les livres peuvent être obtenus pour recension auprès de la personne responsable des comptes rendus ou auprès de la Rédaction. Les auteurs doivent faire parvenir leur compte rendu (entre 1200-1500 mots) ou leur note critique (entre 3000 et 3200 mots) par courriel. La liste des ouvrages disponibles pour compte rendu est régulièrement mise à jour sur le site Internet de la Revue.

Tirés à part

Les auteurs recevront par courriel le tiré à part de leur texte (article, note de recherche, compte rendu, etc.) en format PDF ainsi que la publicité du numéro qu’ils sont invités à faire circuler dans leurs réseaux. Ils recevront également un exemplaire papier du numéro auquel ils ont collaboré.

Épreuves

Sauf exception, la revue n’envoie pas d’épreuves de leurs articles aux auteurs. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les textes dont la révision demanderait un travail excessif. Tout changement majeur proposé sera soumis aux auteurs avant le montage graphique final.

 

POLITIQUE SUR L'ORTHOGRAPHE DES ETHNONYMES AUTOCHTONES ET DES TOPONYMES

Pendant de nombreuses années, Revue d’études autochtones (anciennement Recherches amérindiennes au Québec) a adopté les règles de l’Office québécois de la langue française (OQLF) et de la Commission de toponymie du Québec et du Canada en ce qui concerne l’orthographe des ethnonymes autochtones et des toponymes.

Selon les nouvelles directives éditoriales, la revue autorise maintenant l’utilisation des ethnonymes et des toponymes selon les modes de transcription en cours dans les différentes communautés. Afin d’éviter toute confusion, il est important d’indiquer l’orthographe de l’OQLF en français entre parenthèses à la première occurrence (p. ex. : les Eeyouch (Cris) ; Ekuanitshit (Mingan), etc.).

La revue demande également aux auteurs d’uniformiser la graphie choisie dans leur article et de justifier l’utilisation de l’orthographe sélectionnée (p. ex. : pourquoi privilégier « Eeyouch » au lieu de « Cris » ou encore « W8banaki » ou «W8banakiak » au lieu de « Abénakis ») et si possible d’en préciser les sources (documents officiels, informateurs, etc.). Selon cette nouvelle directive, l’accord en genre et en nombre ne sera plus obligatoire.

Les auteurs qui désirent continuer à utiliser les règles de l’OQLF et de la Commission de toponymie du Québec et du Canada pour l’orthographe des ethnonymes autochtones et des toponymes peuvent le faire.

Hors Québec, la revue se réfère à la Commission de toponymie du Canada.

 

Dernière modification : 16 août 2022

Editorial board

Équipe de direction

Directeur : Laurent Jérôme

Rédactrice en chef : Marie-Pierre Bousquet

Rédacteur / coordonnateur : Éric Chalifoux

 

Comité de rédaction

Responsable des abonnements : François Girard

Révision linguistique : Marcelle Roy et Camille Varnier

Graphisme et mise en page : Luc Mercier

Traduction des résumés en anglais : Toby Morantz

Traduction des résumés en espagnol : Francisco Rivera

 

Comité de rédaction

Marie-Pierre Bousquet
Département d'anthroplogie, Université de Montréal

Sébastien Brodeur-Girard
Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue 

Adrian L. Burke
Département d'anthroplogie, Université de Montréal

Denys Delâge
Département de sociologie, Université Laval

Christian Gates Saint-Pierre
Département d'anthroplogie, Université de Montréal

Nicolas Houde
Département de sciences politiques, Université du Québec à Montréal

Leila Inksetter
Département de sociologie, Université du Québec à Montréal

Laurent Jérôme
Département de sciences des religions, Université du Québec à Montréal

Jonathan Lainey
Conservateur, Premiers Peuples, Musée McCord

Jacques Leroux
Département d'anthroplogie, Université de Montréal

Toby Morantz
Département d'anthropologie, Université McGill

Martin Papillon
Département de sciences politiques, Université de Montréal

 

Comité international

Philippe Descola
Collège de France, Paris, France

Emmanuel Désveaux
E.H.E.S.S. et L.A.S. Paris, France

Gilles Havard
Mondes Américains – CENA et CNRS, Paris, France

Frédéric B. Laugrand
Université catholique de Louvain et LAAP, Belgique

Thomas C. Patterson
University of California, Riverside (CA), USA

Joëlle Rostkowski
UNESCO et EHESS, Paris, France

Adriano Santiemma
Università di Cassino et Università di Roma “La Sapienza”, Italia

Isabelle Schulte-Tenckhoff
Institut de hautes études internationales et du développement, Genève, Suisse